La femme de l’un, les maîtresses de l’autre

Que ces messieurs aient respectivement pour maîtresse la femme de l’un et l’autre, rien de plus normal ! Il est vrai que c’est chose fréquente et nul ne saurait blâmer cet état de fait ! Oui mais voilà, lorsque l’un de ces messieurs déroge à la règle et « collectionne » les aventures, autrement dit les maîtresses outre la « légitime », cela ne peut entraîner qu’une « certaine » perturbation dans leur arrangement, de ces messieurs s’entend ! Si cela peut vous sembler nébuleux, allez donc demander plus d’explications au mari d’une des dites maîtresses, il vous parlera, outre de l’infirmière cinglée et de ses piqures saugrenues mais également de la Renaissance, belle époque ma foi, du roi François ! Tout ce petit monde se côtoie, s’invective, s’interroge et le Firmin bavard, domestique de l’un des ces messieurs, ne manquera d’apporter comme l’on dit : « sa pierre à l’édifice »

Comprenne qui peut !