RESUME :

L’autre

 

C’est court, intense et vous fiche une peur du tonnerre ! Non ! Allez donc en parlez à la femme dont le mari est absent ! Même si Maman ne compte pas pour des prunes ?

 

Texte d’ouverture en voix off

Vous prendrez bien un verre

 

Ah ! La femme d’un soir, d’une nuit, d’une folie… Tiens en parlant de folie, mais sachons nous taire ! Tout de même, comment un homme pourrait-il ne pas succomber au charme d’une jolie femme, surtout si celle-ci vous offre un verre…chez elle…

 

Mise en scène : Philippe Brun

La boiteuse :

 

Ne dit-on pas que l’on tue parfois ceux que l’on aime ! Bah ! Une expression tout au plus ! Té ! Allez donc dire cela au paysan qui s’est mis la corde au cou à moins que cela soit lui, au cimetière, qui fut le sauveur, que dis-je, le rédempteur d’un cadavre aimé…autrefois…

 

Mise en scène : Pierre Debuisson

L’amour morte

 

Hélas, je vous aime ma mie, je vous aime ma folie, au-delà des nimbes intemporelles, au-delà des horizons brumeux, au-delà des nuées fantomatiques. Peut me chaut votre état, m’indiffère de moi ce que l’on pensera, je vous aime mon âme, à l’infini…

Adieu mon ami, adieu la vie, l’amour sépulcral m’offre son linceul à l’envie, et fort triste celui qui, par affection, en vérité trop s’en soucie…

 

mise en scène : Pierre Debuisson

 

Rencontres dans un square

 

Ah ! Un rendez-vous dans un square avec la femme que l’on aime ! Ne peut-il se trouver un endroit plus charmant et plus…discret, même si la femme tant espérée n’est pas tout à fait libre, même pas libre du tout, vu qu’elle a un mari ! Discrète une rencontre dans un square ? Allons donc ! Serait-ce le square qui est trop petit ou ceux qui s’y promènent qui sont trop grands ! Tout s’avère vraisemblable et la fameuse expression : « tel est pris qui croyait prendre » ne saurait y déroger !

 

Mise en scène : Jean-Michel Poittevin

 

AUTEUR : Poète, nouvelliste, auteur dramatique, né en 1950, Pierre DEBUISSON participe dans sa jeunesse à de nombreux groupes artistiques et littéraires. En 1983, en compagnie de deux amis il crée le G.R.A.A.L (groupe de réflexion et d’action d’auteurs littéraires). Conférences, débats, expositions, rencontres jalonnent alors son parcours. De 1986 à 1990, fondation d’un journal littéraire .